Suivez-nous sur
  • picto-RSS
  • picto-twitter
  • picto-facebook
  • picto-newsletters
  • picto-nous contacter
ac-rouen.fr
En ce moment

Conférence intergénérationnelle à Bernay

le 25 janvier 2018

Le collège Marie Curie de Bernay a organisé une conférence intergénérationnelle sur le thème de la résistance et de la déportation, à la salle des fêtes de Bernay.

Les élèves et leurs professeurs ont rencontré André Biaux, 92 ans, ancien résistant et déporté, qui pendant près de 2 heures, leur a raconté cet épisode marquant et dramatique de sa vie.

Egalement présent, Jean-Paul Jouachim, vice-président de l'UNADIF (Union nationale des associations de déportés, internés et de familles de disparues), a également évoqué l'histoire de son père, lui aussi résistant et déporté.

Ces deux témoignages très forts ont permis aux jeunes présents de ne pas oublier les horreurs passées. Ils ont entendu un discours plein d'humanité, d'espoir et ils ont également pu réfléchir à la notion d'engagement. Un témoignage exclusif sur la seconde guerre mondiale qui illustre, aussi, le programme d’Histoire des élèves.



Le récit d’André Biaux

En 1940, les troupes allemandes envahissent le département de l'Eure. Agé alors d'une quinzaine d'année, André Biaux commet quelques actes isolés de Résistance. En 1942, il rencontre un professeur, Louis Maury, déjà engagé dans la Résistance qui lui confie la mission de conduire des aviateurs anglais, dont l'avion a été abattu, à Paris afin de leur faire quitter le sol français. Pendant 3 années, au péril de sa vie, André Biaux convoiera les aviateurs.

En 1944, ses agissements sont dénoncés par un policier français. André est arrêté à Evreux, transite par Compiègne et est déporté vers le camp de concentration de Neuengamme, près de Hambourg, en Allemagne. Il emprunte les tristement célèbres wagons à bestiaux. Le voyage dura 3 jours, sans boire ni manger, et commence alors pour lui de longs mois de captivité. André Biaux explique aux élèves qu'il a énormément souffert durant cette période « de la faim et du manque de sommeil ».

Devant l'avancée des forces alliées en 1945, le camp est évacué. André part pour Lübeck, où il embarque sur un navire qui sera bombardé. Il s'en sort miraculeusement mais est extrêmement affaibli : il ne pèse plus que 36 kilos. Il revient ensuite à Paris, puis dans le département de l'Eure, où il tente de reprendre une vie « normale ».

publié le 25 janvier 2018
http://www.ac-rouen.fr/academie/actualites-de-l-academie/conference-intergenerationnelle-a-bernay-184717.kjsp?RH=1251191918315