Suivez-nous sur
  • picto-RSS
  • picto-twitter
  • picto-facebook
  • picto-newsletters
  • picto-nous contacter
ac-rouen.fr
En ce moment

Ensemble contre le harcèlement

le 16 novembre 2017

Depuis 2015, le premier jeudi du mois de novembre est consacré à la journée nationale "Non au harcèlement". En France, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire chaque année.

À l’occasion de cette journée de sensibilisation, les établissements scolaires de l’académie ont organisé des événements sous des formes diverses, le jeudi 9 novembre dernier.

Les lycéen-e-s « ambassadeurs »

Tout au long de la journée, les lycéen-e-s élu-e-s au Conseil académique de la vie lycéenne et les vice-président-e-s des Conseils de la vie lycéenne ont suivi une formation d’« ambassadeurs lycéens contre le harcèlement ».

Afin de les sensibiliser à la problématique du harcèlement entre pairs, notamment le harcèlement sexiste, deux temps forts ont marqué la journée.

Au cours de la matinée, après une présentation du principe de harcèlement, une illustration théâtrale, avec trois comédiens professionnels, a donné lieu à une réflexion collective invitant les lycéen-e-s à réagir sur une situation de harcèlement.

Au fil des débats et des propositions de réponses comportementales, les comédiens ont improvisé de nouvelles scènes, en faisant varier l’attitude des trois personnages : le harceleur, le harcelé et le témoin.

Ce premier atelier a permis aux élèves de s’interroger sur le rôle du témoin et d’imaginer des solutions concrètes pour lutter contre ce phénomène.


C’est notamment sur ce thème que les participants ont réalisé l’après-midi un hackathon, évènement au cours duquel ils ont dû réfléchir, par petits groupes et dans un temps limité, à des solutions concrètes pouvant être mises en place dans les établissements scolaires.

Accompagnés par les équipes des ateliers Canopé, ils ont ainsi échangé et échafaudé des projets autour de la question de l’implication des témoins dans la lutte contre le harcèlement.





En fin de journée, chaque équipe a présenté sa proposition. Le projet retenu à l’issue du hackathon sera présenté et réalisé le 12 février 2018 à la maison de l’université.





Cette journée académique de formation des élus lycéens ambassadeurs contre le harcèlement était organisée en partenariat avec Canopé et la MAE.

Zoom sur le collège Emile Chartier à Darnétal

Sous l’impulsion du Conseil de vie collégienne (CVC) ; les élèves investis, Catherine Guéret-Laferté, principale, Valérie Lautridou, CPE, Hélène Marage, assistante d’éducation ainsi que deux professeurs Jérôme Thouot, documentaliste et Laetitia Moura, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique (EMC), ont organisé durant toute la semaine des actions contre le harcèlement scolaire.

Les élèves ont participé à la création de sets de table résumant la programmation des évènements assister à une présentation pour les sensibiliser aux risques, animer des débats sur le temps du midi, apprendre en s’amusant grâce à des jeux d’énigmes via ordinateur avec le serious game « stop à la violence », ou encore s’engager contre le harcèlement sur l’arbre à empreinte.





Le moment phare de la semaine était la réalisation, par les élèves, de 19 lettres géantes (1 lettre par classe) « Stop au harcèlement ! ». Chaque élève a participé en écrivant une phrase sur son ressenti. Une photo a rassemblé tous les élèves et les personnels du collège : dress code demandé, un haut bleu pour manifester contre le harcèlement.




Zoom sur le collège André Siegfried à St-Romain-de-Colbosc

Cette première édition a été organisée à l’initiative d’une élève de 3ème qui a découvert sur internet une vidéo dénonçant le harcèlement, réalisée par Nino Arial, humoriste- bloggeur sur Youtube.

L’élève, touchée par son discours, a souhaité diffuser la vidéo dans son collège. Ainsi, l’idée d’une présentation est née, avec l’aide de Damien Laurent, CPE et d’Isabelle Masson, professeure de physique-chimie. Un groupe de 10 élèves de 3ème volontaires s’est formé pour réaliser entièrement le projet afin de sensibiliser les classes de 5ème.

La présentation invitait les élèves de 5ème à réagir, à définir le harcèlement et ses conséquences, à rappeler les règles de loi, à donner des conseils pour gérer les réseaux sociaux et surtout incitait à parler, alerter et aider en cas de situation de harcèlement.

Les 10 jeunes sont fiers d’avoir participé à cette journée de prévention et espèrent aider de nombreux élèves de l’établissement. Le collège souhaite faire évoluer l’action, en recherchant, chaque année, de nouveaux représentants de 3ème.






Pour compléter l’action, une exposition sur les différences a été réalisée par des élèves en cours d’arts plastiques.



Zoom sur le collège Henry Dunant d’Aumale

Laura Génin, professeure de français au collège, a mobilisé ses classes afin de sensibiliser les élèves à ce fléau. Affiches, photos, vidéos et passage dans les classes des élèves de 3ème et de 5ème étaient de rigueur.

Ces derniers, ambassadeurs de la lutte contre harcèlement ont été longuement préparés aux éventuelles questions de leur auditoire et ont réfléchi à la manière de repérer et de contrer le harcèlement. La place du témoin, le harceleur silencieux, a également pris une grande place dans les débats.

Les classes furent en majorité réceptives même si ce sujet est encore parfois tabou auprès des élèves. Le message véhiculé était la solidarité et que la parole seule peut briser ce carcan qui détruit un enfant harcelé.

Cette intervention fut et doit être nécessaire chaque année. Tous unis et informés : tel fut le mot d'ordre de cette journée solidaire.


Zoom au collège Marc Chagall de Gasny

Depuis maintenant trois ans, c’est une journée où les élèves disent non au harcèlement. Une journée où tous les jeunes sont sensibilisés à travers la projection de films, à travers des débats et aussi à travers d’autres activités à ce que signifie concrètement, psychologiquement et juridiquement être harcelé.

Durant ces actions, les élèves se sont questionnés et ont débattu autour de questions telles que : qu’est-ce que le harcèlement ? À qui faut-il en parler ? Quelles en sont les conséquences ? Qui sont les harceleurs ? Quel est le rôle du témoin ? Et à bien d’autres questions encore…

Ces interrogations ont suscité beaucoup d’échanges, beaucoup de mains levées et de prises de parole, aussi bien parmi les élèves de 6ème que de leurs camarades de 3ème.

C’est la cellule #NAH (Non au harcèlement) du collège, composée de deux professeurs et d’un personnel de direction, qui a organisé la journée.

Le rôle de la cellule #NAH ne se limite pas à l’organisation de cet évènement. Toute l’année elle accueille des élèves qui sont victimes de harcèlement ou sur le point de l’être, ainsi que leurs « harceleurs ».

Toute l’année elle explique, rassure et conseille les élèves et déjoue ainsi de nombreuses situations de harcèlement.




Zoom sur le collège César Lemaître de Vernon

Durant la matinée, les professeurs ont bénéficié d'une formation sur les signes et différentes formes de harcèlement par l'équipe du GAPASE d'Evreux.

L'après-midi, les élèves par groupe de 10 à 20 ont participé à des ateliers encadrés par l'ensemble des personnels de l'équipe pédagogiques, de vie scolaire et de direction.

Des activités très diverses, à partir de supports différents selon la production attendue à l'issue de l'atelier ont été proposées. Le travail des groupes a été réalisé à partir vidéos, d'affiches et ou témoignages d'élèves.

Elles sont exposées dans le collège et sont accessibles aux élèves du collège et du primaire dans le cadre de la liaison cycle 3.

Cette organisation qui implique l'ensemble des personnels de l'établissement a permis de réduire de façon significative les situations de harcèlements dans l’établissement (de 3 voire 4 par semaine à 2 par mois). L'infirmière, étroitement liée à la gestion de ces situations est positionnée comme l'interlocutrice privilégiée avec la CPE pour les élèves.

La mobilisation contre ce fléau est essentielle pour changer les mentalités et amener de l’empathie dans l’esprit des élèves. Ce travail de fond permet aussi de rendre le lieu collectif sain et serein, afin que les élèves apprennent dans de bonnes conditions et de pérenniser un climat scolaire de confiance entre élèves et personnels.

publié le 16 novembre 2017 mis à jour le 22 novembre 2017
http://www.ac-rouen.fr/academie/actualites-de-l-academie/ensemble-contre-le-harcelement-176871.kjsp?RH=1251191918315