Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > L'académie > Actualités

Retour d’expérience sur la mobilité européenne

Engagés dans le projet MEHAR (mobilité des enseignants de la filière Hôtellerie Restauration), six établissements sont revenus échanger sur les pratiques pédagogiques observées lors de leur séjour à travers l’Europe, le 9 mai 2017, au lycée Jules Le Cesne du Havre.

le 17 mai 2017

Retour d’expérience sur la mobilité européenne

Retour d’expérience sur la mobilité européenne

L’origine du projet


Quels sont les freins à la mobilité ? Le lycée Jules Le Cesne s’est confronté à cette question avant de s’engager dans le programme Erasmus + en partant d’une observation : les réticences à la mobilité ne proviennent pas de la direction, ou encore des élèves, mais plutôt des enseignants.

A partir de ce constat, le lycée Jules Le Cesne dépose un dossier auprès d’Erasmus + et obtient 18 mobilités, au bénéfice des établissements du réseau académique des Métiers de bouche, de l’hôtellerie et du tourisme, créé en 2015 : Jean-Baptiste Decrétot (Louviers), Georges Baptiste (Canteleu), Bartholdi (Barentin), Clément Ader (Bernay) et Le Hurlevent (le Tréport).

« Les proviseurs de ces lycéens étaient favorables à ce projet. La mobilité s’étendant sur une semaine, elle était tout à fait gérable par les établissements. La seule contrainte imposée était de sélectionner des enseignants peu convaincus par la mobilité et qui doutaient encore de la pertinence d’un stage à l’étranger », explique Bénédicte Dumouchel, enseignante référente à l’origine de cette journée bilan.

La journée du 9 mai


« Nous nous attendions à partir en Espagne, en Italie... A l’annonce de notre destination : la Hongrie, nous étions un peu sceptiques et au final, nous avons été agréablement surpris par ce séjour. L’art culinaire s’exprime aussi bien par une cuisine copieuse qu’une gastronomie plus raffinée. Au niveau de l’enseignement, les professeurs sont extrêmement respectés, reconnus et les élèves font preuve d’une grande maturité. Côté fonctionnement, ils ne bénéficient pas de restaurant d’application et reproduisent très peu les gestes techniques », expliquent Franck Leclerc et Guy Léger du lycée Clément Ader à Bernay, ainsi que Sabine Piedfort du lycée Jules Le Cesne, à l’ensemble des enseignants présents.



L’atelier s’achève et dans la pièce d’à côté, Romain Eudes et Thierry Biville s’apprêtent à partager leur expérience au sein du premier lycée de restauration « Henryk Sucharski » à Cracovie autour de pains d’épices et de thé fumé : « Les classes comprennent 50 élèves, divisées en 4 groupes pour les enseignements de matières générales, cuisine, salle et hébergement… Il n’y a pas de restauration d’application et pour le service, les élèves effectuent des jeux de rôle, car ils n’ont pas accès à la clientèle extérieure. »

Allemagne, Finlande, Espagne, Hongrie, Italie, Pologne, toutes les destinations ont fait l’objet d’une présentation et les enseignants sont unanimes : à quand une nouvelle rencontre ?

En clôture, 18 Europass ont été remis aux participants : « pour une reconnaissance et une valorisation de leur mobilité », a souligné Olivier Launay, délégué académique aux relations européennes, internationales, et à la coopération.




Date de mise à jour : 18/05/2017


Projet MEHAR (mobilité des enseignants de la filière Hôtellerie Restauration)

Mobilité d’environ une semaine :
3 jours de formation et d’observation et 2 jours de voyage

Composition des équipes de mobilité : 3 enseignants de 3 établissements de l’académie de Rouen, partenaires du réseau

L’enjeu de la mobilité :

- observer des cours de technologie et séances de travaux pratiques – cuisine, restaurant, hébergement ;
- réunion de travail avec des enseignants de la discipline pour les échanges sur les référentiels ;
- visite et observation dans un restaurant, hôtel ;
- découverte d’une spécialité gastronomique locale.
ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère