Suivez-nous sur
  • picto-RSS
  • picto-twitter
  • picto-facebook
  • picto-nous contacter
ac-rouen.fr logo secondaire
les autres sites de l'académie
  • Vie de l'académie,

Projet Inuit

Collège Jean Malaurie - Longueville sur Scie

Les élèves de Longueville sur Scie ont pu bénéficier d'une formation au développement durable sur quatre ans. Nous avons essentiellement axé notre étude sur les différents types de pollution et sur l'incidence de cette dernière sur le réchauffement climatique de la zone arctique en particulier.

A ce titre, une correspondance avec les élèves d'Umiujaq a été organisée par webcam de manière hebdomadaire. Nos correspondants sont venus nous rencontrer en septembre 2011 et grâce aux différentes subventions récoltées, nous sommes allés à notre tour les visiter en avril 2012.

Le projet global répondait à différents objectifs :
  • comprendre qu’à force de travail nous pouvons avoir des rêves, organiser des projets et les réaliser
  • favoriser la motivation, l’autonomie et les prises de responsabilité
  • permettre aux enseignants en charge de cette classe, grâce à un suivi sur plusieurs années, de repérer et de remédier aux difficultés de manière plus fine
  • permettre d'avoir une cohésion au sein de la classe, une solidarité avec les plus faibles et une fraternité avec les autres peuples autour de projets justes et communs
  • comprendre que l'objectif des enseignants n'est pas de remplir de connaissances le cerveau des élèves mais de favoriser un épanouissement commun autour de valeurs humaines.

Avril 2012

Nous partons avec un petit avion de 40 places d’Air Inuit. Il s’agit d’un avion qui desserre plusieurs villes du Nunavik, Kuujjuarapik est le premier arrêt, et la première communauté Inuit. L’avion ensuite ira jusqu’à Salluit. Nous devons descendre de l’avion et attendre 20 min. Premier contact avec le grand Nord. On voit enfin la neige, et il fait froid.


Vue d'avion

Lors de notre arrivée le mardi, les Inuit nous attendaient à l’aéroport les bras grands ouverts. Nos familles nous attendaient dans leurs maisons pour nous faire manger et nous installer. Pour certains, la communication avec les familles sera difficile puisque les parents de nos correspondants parlent anglais ou seulement l’inuktitut.

Le maire a prononcé un discours vraiment très émouvant, il avait l’air heureux de nous accueillir. Il nous l’a d’ailleurs exprimé clairement : « je vous accueillerai comme des princes et des princesses ». Quel discours !

Les Inuit nous ont préparé une petite fête au cours de laquelle ils nous montrent leur agilité: ils sont vraiment souples puisqu’avec leur pied ils peuvent toucher un petit sac de billes suspendu (à 1m85) à une corde. C’est vraiment impressionnant !!

Mercredi 11 avril 

Le lendemain matin, nous avons tout d'abord assisté à des cours d'inuktitut, avec Winnie, une enseignante de l’école. Ce n'est vraiment pas évident de comprendre cette langue.

Pendant ce cours nous avons aussi fabriqué un inukshuk, c’est un empilement de pierres, semblable au cairn, il a plusieurs fonctions, retrouver son chemin entre autre.

 

Fabrication d'un inukshuk

L'après-midi nous sommes sortis du village pour aller écouter un ancien qui nous a expliqué que les Inuit s’adaptaient à leur nouveau mode de vies, le fait d’avoir maintenant des magasins leur permettait d’éviter les famines. Le changement climatique modifie les ressources en matière de chasse et de pêche, il y a des espèces différentes, donc leur ressource alimentaire s’est aussi modifiée.

En rentrant, nous sommes allés à l'école fabriquer des gants, que l'on appelle kamiks.

Les garçons ont été fabriqués un Uluk, c’est le couteau traditionnel des femmes. C’est Lucassie qui assure le cours en Inuktitut, traduit par Billie et Abélie.

En partant, nos professeurs nous ont dit de bien nous couvrir car nous aurions une surprise. En effet, en arrivant à l'école nous avons appris que nous partions faire du skidoo sur la banquise.


Une promenade en skidoo

Nous étions tous très heureux. Nous avons découvert des paysages vraiment merveilleux et avons même aperçu cinq phoques au loin, sur la glace.

Vendredi 13 avril

Le vendredi 13, nous sommes allés à la station météo qui se trouve dans l'aéroport. L'homme qui y travaille nous a expliqué en quoi consiste son métier et nous avons réalisé une expérience afin de déterminer la hauteur des nuages.

Nous avons lâché un ballon et mesuré le temps qu’il met pour atteindre le nuage. Il utilise actuellement un instrument qui ressemble à un sextant, c’est une alidade. Il faut viser les nuages et obtient sur une échelle graduée l’angle avec l’horizon donc leur hauteur.

Observations à la station météo

Cet inuit nous a parlé du réchauffement climatique. Selon lui la température a augmenté de 1°C par palier de 5 ans depuis 10 ans. Il fait office aussi de contrôleur aérien.

Nous sommes ensuite rentrés à pied. Le paysage était désert et sans relief ce qui laisse plus facilement passer le vent mais malgré le froid, c'était magnifique.

Samedi 14 avril

Nous nous levons plus tôt que d'ordinaire car nous partons tous avec les familles pêcher.

Pour cela, nous avons fait environ 2 heures de trajet tirés par des skidoo dans des petits traîneaux. Beaucoup se sont endormis bercés par les cahots mais les autres ont pu admirer le paysage qui était tout simplement magnifique. Il y avait des nombreuses collines qui cachent à chaque fois d'immenses lacs gelés. Nous n'avons malheureusement pas aperçu d'animaux.

En arrivant, nous sommes allés chercher du bois afin de faire du feu.


Préparation du feu

Nous avons ensuite pu faire chauffer nos repas et nous avons mangé et bu du thé autour du feu. C'était un moment très convivial !

Après cela, nous sommes allés pêcher et pour cela les hommes ont fait des trous dans la banquise grâce à une machine.

Un concours a également été organisé : il y avait plusieurs gagnants possibles : le premier qui pêchait un poisson, celui qui pêcherait le plus gros poisson et celui qui pêcherait le plus petit gagnerait 100 dollars à dépenser dans le village. De quoi motiver les apprentis pêcheurs non ?

Concours de pêche

Nous avons également prélevé de l'eau de ce lac grâce à une bouteille afin de la faire analyser pour mesurer la pollution de l'eau.

Dimanch 15 avril

Le lendemain, nous nous sommes réveillés à l'heure que l'on voulait car il n'y avait pas d'activités prévues à part un pique-nique à la plage (ou plutôt sur la banquise).

A 12h30, nous nous sommes réunis avec les familles et avons dégusté un très bon repas.

Pique-nique à la plage

Malheureusement, la météo n'était pas avec nous car il faisait très froid et il y avait beaucoup de vent. (-22°C)

Le jour de notre départ, nous avons rencontré Gilbert, un sculpteur inuk du village qui nous attendait pour nous présenter ses oeuvres. Celles-ci étaient splendides et la plupart des Français en ont acheté.

A 3h30 environ, une fois nos bagages enregistrés, est arrivée l'heure du départ. Les Inuit comme les Français ont énormément pleuré mais tous se sont fait la promesse qu'ils se reverraient.

De retour à Montréal, nous avons donné une interview à la journaliste de Télérama qui nous avait accompagnés et sommes ensuite allés faire un peu de shopping.

Nous sommes partis ensuite voir une exposition sur les 11 nations autochtones du Québec, une galerie d’art inuit conseillée par Thibault et ensuite nous sommes allés visiter le musée Pointe-à-Callières relatant la fondation de Montréal.

Le lendemain, visite du Biodôme, de l’université Mac Gill, et du musée Mac Cord qui présentait une exposition d’art moderne Inuit, de la collection Esther et Samuel Sarick, une des collections les plus complètes du monde d'art inuit, plus de 175 oeuvres de 75 artistes.

Et pour finir avant de reprendre l’avion, un dernier saut à la Biosphère, un lieu unique et spectaculaire, situé en plein coeur du Parc Jean-Drapeau à Montréal.



Diaporama du voyage
(cliquez deux fois sur la photo, puis naviguez avec les flèches < et >)

Merci à tous ceux qui ont rendu cette aventure possible.
 
publié le 16 juillet 2012 mis à jour le 10 septembre 2012
http://www.ac-rouen.fr/academie/politiques-educatives/developpement-durable/projet-inuit-54858.kjsp?RH=CROISS-VERTE