Suivez-nous sur
  • picto-RSS
  • picto-twitter
  • picto-facebook
  • picto-newsletters
  • picto-nous contacter
ac-rouen.fr logo secondaire
  • Projet académique,

Le tutorat: pistes de mise en oeuvre

A la différence de l’Accompagnement personnalisé qui s’adresse à des groupes d’élèves, le tutorat offre une prise en charge individuelle, à tout élève de l’établissement qui en exprimerait le besoin.

Un accompagnement individualisé, en amont ou en aval de l’Accompagnement Personnalisé.

Les équipes peuvent aussi conseiller à l’élève cette forme de prise en charge, si son profil la désigne comme plus adaptée. Ainsi, les procédures de diagnostic de début d’année -menées en amont- ou des besoins d’accompagnement, révélés à l’issue des premiers ateliers d’accompagnement personnalisé -dans un bilan effectué en aval- peuvent induire la nécessité de prendre en charge un élève dans le cadre du Tutorat.

En ce cas, relèveront du tutorat tous les besoins d’accompagnement spécifique (motivation, confiance en soi, comportement problématique, lenteur visible dans l’appropriation d’une compétence majeure identifiée, difficulté de verbalisation, suivi et accompagnement de la prise d’informations nécessaires à la construction du projet personnel), ou circonstances particulières (retour au lycée après absence prolongée, pour cause par exemple de maladie ; suivi des effets d’un stage de remise à niveau, d’un stage passerelles…par exemple), qui demandent à ce que l’élève soit pris en charge et suivi, même ponctuellement, seul.

Une temporalité nécessairement souple

Dans son esprit, le tutorat, qui vise à développer l’autonomie de l’élève, n’est pas nécessairement un dispositif durable. Pour un élève donné, la période de mise en œuvre (une semaine, un mois, un trimestre, une année scolaire), le rythme des rencontres, (hebdomadaire, bi- mensuel, mensuel, trimestriel), la durée des échanges (15 minutes, 30 minutes, 40 ou 55 minutes) entre l’élève et son référent peuvent être très variables, et devraient s’ajuster à la nature même du suivi entrepris.

Dans tous les cas, il est souhaitable d’afficher un cadre horaire et un lieu de rencontre, de la manière la plus officielle.
 

Le Tuteur : Un référent, un relais, un appui, dont le rôle n’est ni prescrit, ni prescriptif

Du point de vue de l’adulte tuteur, le Tutorat se définit avant tout comme une posture vis-à-vis de l’élève, adoptée sur le mode exclusif du volontariat, et essentiellement fondée sur la confiance. Ce suivi ne requiert aucunes compétences particulières, en dehors de celles communément partagées par tous les professionnels de l’Education :

1. Une connaissance des codes et implicites scolaires, dont le tuteur se fait, auprès de l’élève, un traducteur.
2. Un positionnement d’adulte bienveillant vis-à-vis de l’élève, à qui l’on accorde un temps d’écoute et de dialogue, en l’aidant à verbaliser ses aspirations, ses besoins, ses questionnements. Seule, la conduite d’entretien individuel est soumise à quelques conditions d’efficacité, qu’il est utile d’appréhender.
3. Une capacité à conseiller, à désigner les sources adéquates de l’information, ou de l’aide à quérir auprès des services appropriés: le tuteur n’agit pas à la place de l’élève mais se fait le RELAIS de sa parole et de ses besoins. Il aide l’élève à identifier les moyens, ressources, et pistes de progression qui lui conviennent, et à se les approprier, en encourageant en particulier la sollicitation d’autrui et la recherche d’informations. En somme, le tuteur dépasse la relation d’aide par une relation qui aide.

Le tutorat vise ainsi à rassurer l’élève par la référence toujours possible à un adulte de l’établissement, identifié, disponible et, autant que faire se peut, choisi par l’élève; à développer l’auto compétence et l’autonomie de l’élève, en l’habituant à une conduite réflexive.
 

Quels contours donner au tutorat ?

Le cadre du tutorat peut souplement s’ouvrir à divers contenus, en fonction des besoins repérés chez élève :
1. Le Tutorat d’« orientation »
2. Le Tutorat à portée organisationnelle et méthodologique, centré sur la verbalisation des démarches.
3. Le Tutorat axé sur la prise en charge des savoir être : estime de soi, gestion du stress, motivation, codes sociaux…

 

Points de vigilance


Dérives Précautions
La directivité Un cadre (heure, lieu, objectifs d’entretien)
La modélisation de la figure du tuteur (séduction, projection narcissique) Une déontologie (charte d’intervention)
Le travail en huis -clos avec l’élève Une « traçabilité » (livret de suivi, supports de communication)
L'intrusion, l'investigation
Un projet d’équipe (bilans, regards croisés) ; un partenariat avec les familles
Le jugement, la manipulation


 

publié le 16 avril 2011 mis à jour le 16 mai 2011
http://www.ac-rouen.fr/academie/projet-academique/action-2-2/le-tutorat-pistes-de-mise-en-oeuvre-28201.kjsp?RH=1294666599724