Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > L'académie > Projet académique

Préambule

Projet académique 2014-2017

Le projet académique est la description des grands leviers d'une stratégie dont nous, la communauté éducative de Haute-Normandie, partageons les principes et les objectifs.

Il est la déclinaison d'une politique nationale réaffirmée récemment dans la Loi de refondation de l'École de la République et la loi pour l'enseignement supérieur et la recherche.

Il est, en même temps, la réponse que nous souhaitons apporter aux difficultés spécifiques d'une académie qui, implantée sur un territoire particulier, est l'héritière d'une histoire singulière.

Il n'est pas question ici de dresser la liste des lois et des règles, des principes et des méthodes qui nous accompagnent dans la pratique quotidienne de l'enseignement. Il ne s'agit pas plus de décrire dans le détail les actions que nous allons entreprendre : les mises en œuvre pratiques ont un calendrier et des procédures qui leur sont propres.

L'élaboration du projet académique, document de synthèse partagé par tous, est un moment de bilan, de projet et d'impulsion. C'est le résultat du travail de femmes et d'hommes engagés avec conviction et qui ont su prendre le temps d'une réflexion partagée. Je veux saisir l'occasion de ce préambule pour remercier chacune d'entre elles et chacun d'entre eux.

***

Le projet académique repose sur un bilan. Nous avons su, entre 2010 et maintenant, remédier à des difficultés que nous jugions particulièrement handicapantes pour nos élèves.
  • La fluidité des parcours dans le premier degré et en collège, dont nous avions diagnostiqué qu'elle permettrait une amélioration des résultats scolaires, a été considérablement améliorée.
  • L'éducation prioritaire, si nécessaire à la mise en place d'une équité réelle, a, elle aussi, progressé.
  • Les innovations enfin, dont nous pressentions qu'elles doivent être au cœur de nos réflexions sur l'enseignement, ont bénéficié à des dossiers aussi importants que ceux des langues vivantes, des relations internationales, de la formation au et par le numérique, de la sensibilisation au développement durable.
Cette progression est le résultat d'un travail collectif dont chacun peut se sentir fier.

Pourtant, si nous avons des raisons d'être satisfaits, nous en avons aussi de redoubler nos efforts.
  • L'ambition de nos élèves et de nos étudiants est encore insuffisamment encouragée et accompagnée : trop peu d'entre eux envisagent la poursuite d'une scolarité ambitieuse dans l'enseignement supérieur. Nous devons accompagner avec bienveillance les élèves comme les étudiants et leur proposer des dispositifs qui les aident à s'adapter aux exigences des études.
  • Leur mobilité doit être favorisée : dans un monde ouvert, on ne doit pas choisir son orientation en fonction de la seule proximité géographique des lieux d'enseignement.
  • Leur adaptation au monde réel doit être recherchée systématiquement : si nous avons su ponctuellement innover, nous ne savons pas encore généraliser les innovations et les offrir à tous. Notre défi est que tous les élèves bénéficient des meilleures pratiques pédagogiques, scientifiques, linguistiques, numériques, artistiques.
  • Ce bilan ne serait pas complet sans une analyse de nos méthodes de travail et de pilotage. Pour porter ses fruits, un projet académique doit être pertinent, ambitieux et concret. Il doit aussi être partagé par tous. Si les actions qu'il prescrit ne sont pas le résultat des recommandations des acteurs de terrains, si elles ne sont pas ensuite mises en place systématiquement par tous et en tous lieux, il n'est qu'un catalogue de principes vertueux.
***

De l'analyse des indicateurs nationaux et académiques d'une part, du bilan des actions entreprises au cours du précédent projet d'autre part, découlent des priorités qui nous guideront tout au long des quatre années qui viennent.

Ces priorités s'incarnent, comme le faisait déjà le projet précédent, dans trois axes :
  • Le premier porte sur l'ambition légitime de chaque parcours scolaire et réaffirme que, s'il résulte d'une orientation volontaire, tout choix mérite respect, attention et soutien. L'efficacité de nos démarches se mesure à notre capacité d'offrir à chacun les moyens de la réussite. Imposer que l'ambition trouve sa place dans nos pratiques individuelles et collectives, veiller à ce que notre école ne soit jamais une machine à sélectionner et à blesser, être bienveillants : nous sommes au cœur de nos principes. Redisons-le : notre école n'est pas le lieu d'une compétition mais l'endroit où chacun s'épanouit. À ce compte, elle est l'école de tous.
  • Le deuxième affirme notre ambition de former un élève connecté et participatif. Nos enfants vivent dans un monde transformé par la révolution numérique. De nouveaux outils nous permettent de leur offrir des pédagogies différentes mais aussi de leur proposer de nouvelles perspectives de formation et de carrière. Nous devons instaurer ensemble, comme la loi nous le demande, un service public du numérique éducatif. Mais le travail participatif ne se réduit pas à une dimension pratique du numérique et concerne tous les aspects des relations humaines. C'est pourquoi nous devons être attentifs à trois dimensions importantes de l'école : les relations que chacun, élève comme enseignant, entretient avec les savoirs, la place de l'individu dans le groupe, l'organisation des enseignements et du travail dans le temps et dans l'espace.
  • Le troisième rappelle l'importance d'une éducation dans un monde ouvert. Notre école doit favoriser tous les talents et toutes les aspirations. Pour cela, elle doit s'ouvrir sur le monde et, dans le cadre de partenariats, organiser les relations entre les savoirs et les réalités sociales, économiques et environnementales. Elle doit par ailleurs, en collaboration étroite avec les secteurs professionnels, et notamment les entreprises, être attentive au fait qu'un objectif majeur de la formation scolaire est l'emploi qualifié.

Ces trois axes fixent des objectifs. Mais, parce que nous ne les atteindrons que si nous nous montrons attentifs à l'implication de tous dans la mise en œuvre du projet, j'ai souhaité que, de manière moins classique, un quatrième axe vienne se combiner aux trois précédents :
  • Ce quatrième axe, intitulé des réseaux, des chaines d'actions au profit d'une stratégie, repose sur la conviction que l'organisation du travail entre les entités qui constituent une académie est la condition de tout succès. Deux principes découlent de cette conviction ; ils nous guideront au cours des années qui viennent.
    • Le premier est que pour chaque question il existe un niveau d'analyse idéal. Certains sujets, de portée très générale, doivent être abordés au niveau académique ; d'autres, d'application très précise, gagnent à l'être dans un cadre plus limité, celui de la classe, de l'établissement ou du regroupement d'établissements. Dans cette optique, les bassins d'éducation et de formation, qui constituent des entités cohérentes, assez larges pour permettre des synthèses et assez spécifiques pour ne pas se couper du terrain, jouent un rôle fondamental. Ils sont, comme on dit en mathématiques, à la bonne maille.
    • Le second des principes qui nous guident est que la circulation libre des pratiques et des projets, des diagnostics et des expertises est incontournable : à l'image de l'école, une académie efficace est une académie décloisonnée.
Les changements d'échelle et le travail participatif impliquent que nous disposions d'outils pour décrire et évaluer des pratiques de terrain, pour les collecter et les agréger, pour les partager enfin et les généraliser. De la mise en réseau de toutes les entités constituant l'académie, et ce quelque soit leur taille, j'attends un renforcement d'une compétence collective qui, nous appartenant à tous, peut-être mise en œuvre par chacun. Notre académie devra faire un effort important dans ce sens.

Dans cet esprit, les objectifs opérationnels des bassins et les actions des établissements complèteront les axes du projet académique : ils en sont l'inspiration. Les projets de bassin illustrent la diversité du territoire. Ils seront annexés à ce projet académique dont ils constituent la mise en œuvre. Plus encore, ils conditionneront le succès du projet : c'est en mettant en réseau tous les niveaux du système complexe qu'est une académie, en nous assurant que les pratiques sont partagées et que ce partage garantit leur amélioration, en veillant à ce que le travail de chacun s'agrège à celui de tous que nous progresserons.

***

Les quatre années d'un nouveau projet académique s'ouvrent devant nous.
C'est une durée significative pour des enfants dont la réussite scolaire est, ne l'oublions jamais, notre seul objectif.

En 2017, quand ce projet arrivera à son terme, les élèves qui sont au cours élémentaire cette année entreront au collège, ceux qui sont en sixième parviendront au lycée tandis que ceux qui sont en seconde finiront leur première année dans l'enseignement supérieur. Ces années seront pour chacun d'entre eux une période essentielle. Elles seront pour chacun d'entre nous l'occasion de remplir nos missions avec engagement et enthousiasme.


Claudine Schmidt-Lainé
Recteur de l'académie de Rouen
Chancelier des universités

Date de mise à jour : 01/04/2014


bassins d'éducation et de formation

Les bassins d'éducation et de formation sont les leviers essentiels du projet académique.

Dernière actualité

les bassins et le projet

schéma du projet

ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère