Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Evaluer pour mieux former

Recherche de cohérence avec les finalités éducatives

Depuis 2 ans, les professeurs d'EPS et de SVT enseignant dans des collèges issus de l'éducation prioritaire, conçoivent ensemble une évaluation pour identifier le niveau de maîtrise de compétences transversales ou relatives à chaque discipline. Cette évaluation concerne les élèves de 5e.

Au collège Jacques Monod du Havre

Au collège Jacques Monod du Havre

Quelle est l’origine de votre projet ?

Ce projet s'inscrit dans l'histoire de l'Éducation prioritaire, à partir d'une entrée par l'évaluation de compétences disciplinaires, pour répondre aux objectifs académiques :

  • la réussite des élèves,
  • l'évolution des pratiques pédagogiques.

Quels liens cette évaluation établit-elle entre EPS et SVT ?

L’évaluation repose sur un protocole d’échauffement avec relevés de fréquence cardiaque, lors de différentes phases.
Durant le premier temps de l’activité, en EPS, les élèves prennent en charge les rôles sociaux (observateur, rapporteur, entraineur).
Ensuite, les relevés de fréquence cardiaque permettent la construction d’un graphique et son interprétation en SVT. Il s'agit d'amener les enfants à une plus grande compréhension du fonctionnement de leur corps. Les objectifs communs de santé et de prévention sont directement visés.

Quels sont les objectifs de votre démarche ?


Pour nous, il s’agit de :

  • mettre en œuvre les finalités éducatives
Le futur citoyen cultivé, lucide et autonome aura besoin de mettre en relation différentes ressources pour comprendre, agir, construire le monde. Il est essentiel de rendre explicites les liens entre les différents champs du savoir. Apprendre, c'est ainsi faire des liens.

  • donner du sens aux apprentissages
Seul l'élève apprend, nul ne peut le faire à sa place. Il est important qu'il s'implique. La conception de l’évaluation est volontairement centrée sur une réalité concrète de l’élève. Il s’agit de l’amener à vivre, à expérimenter et à étudier ses propres manifestations physiologiques pour susciter son intérêt et son engagement.

Quels bénéfices avez-vous pu observer auprès des élèves et des enseignants ?

S’agissant des enseignants, les échanges et les confrontations entre les deux disciplines ont permis l'appropriation des notions de "compétence" et d'"évaluation" par :

  • l'identification des caractéristiques essentielles de la notion de compétence comme la transférabilité, et une dimension systémique (mise en relation de ressources internes et externes)

  • la conception d'une évaluation cohérente avec les apprentissages, selon des critères et indicateurs lisibles pour tous, surtout pour les élèves.

Les élèves ont bénéficié quant à eux d’apprentissages plus efficaces par :

  • l'explicitation de l'implicite,

  • la précision de la terminologie

  • la formalisation des démarches pédagogiques et didactiques, ce qui constitue un préalable indispensable à l'évolution de l'enseignement au service de la réussite de tous.

  • la mise en évidence de leviers pour guider la construction de compétences chez tous (tâche complexe, différenciation pédagogique, progressivité, posture par rapport à l'élève qui devient acteur, travaux de groupes, construction de l'autonomie dans les apprentissages chez l'élève, …)

Cette évaluation pluridisciplinaire invite chacun à positionner sa discipline au sein d’un ensemble plus large visant une éducation plus humaniste et globalisée. Une mutualisation pluridisciplinaire des repères et des indices sur l'activité de l'élève reste incontournable. Elle constitue un enjeu majeur de la professionnalisation du métier d'enseignant.

Florent Bourg, professeur de SVT
Florent Maitrepierre, professeur d’EPS
Collège Jacques Monod, Le Havre

Date de mise à jour : 27/11/2014


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère