Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Les jeux sérieux en économie et gestion

Le jeu sérieux est une application informatique qui utilise les techniques et les ressorts du jeu vidéo à des fins d'enseignement, de formation, de perfectionnement professionnel, d'information et de communication. On peut se référer à l'utilisation des simulateurs de vol, qui permettent aux pilotes de se perfectionner dans une cabine où un jeu vidéo simule un plan de vol.

Les jeux sérieux en économie et gestion

Les jeux sérieux en économie et gestion

Témoignage de Alban Lucas, professeur au lycée Flaubert de Rouen, interviewé par Hervé Keradec, IA-IPR d'économie et gestion.

Pour l'économie et gestion, quels sont vos choix ?

En économie, j'utilise €conomia, édité par la BCE, qui montre très rapidement et simplement son rôle dans le contrôle de la masse monétaire
via son principal outil : le taux directeur.
Un autre jeu sérieux, Les Artisans du changement, fait envisager les contradictions auxquelles est exposé un chef d'entreprise soucieux de concilier les trois dimensions d'une politique de développement durable : économie, société, environnement.

Quels sont les publics visés par les jeux sérieux ?

Tous ! Cela va des élèves de maternelle avec des applications pour apprendre le maniement de la souris ou du clavier, en passant par le premier et le second degré, jusqu'au supérieur. L'UFR de droit de l'université de Lyon, par exemple, propose un jeu sérieux aux étudiants de master sur la responsabilité civile et la responsabilité pénale des banques.
Toutes les disciplines sont également concernées : les pionniers en la matière ont été les enseignants de mathématiques mais aujourd'hui, avec le développement des technologies dans le jeu vidéo, chacun peut trouver des applications pertinentes pour son domaine d'enseignement.

Pourquoi utiliser des jeux sérieux en classe ?

Dans certaines disciplines, notamment en économie et gestion avec la série STMG récemment rénovée, les programmes préconisent explicitement le recours aux jeux sérieux.
Par ailleurs, leur manipulation est simple, ludique, naturelle. Enfin, le jeu sérieux rend les élèves acteurs de leur apprentissage : ils sont directement et individuellement sollicités pour construire connaissances notions et raisonnements.
C'est donc un outil pédagogique particulièrement efficace.

Pédagogiquement, comment cela fonctionne-t-il ?

Il y a un objectif à atteindre. Si l'élève l'atteint, c'est qu'il a su mobiliser les notions, les concepts, les raisonnements qui figurent dans nos programmes d'enseignement.
Dans l'idéal, il faut autant de postes informatiques que d'élèves. Mais le jeu sérieux ne relève pas de l'e-formation : l'enseignant est présent et tient un rôle central.
En amont, l'enseignant conçoit un support pour permettre à l'élève de consigner et d'analyser les choix qu'il opère en fonction des situations auxquelles il se trouve confronté.
Pendant le jeu, l'enseignant est amené à questionner individuellement chaque élève pour l'aider à analyser ses choix puis à opérer la phase de conceptualisation.
Enfin, en aval, il faut arriver à mutualiser à partir des situations différentes rencontrées par l'ensemble des élèves pour passer à la phase de synthèse.

Comment choisir un jeu sérieux ?

La première chose à faire est de s'approprier le jeu : certains collègues utilisent un jeu dont je ne vois pas l'intérêt pour mes classes, et vice-versa. Mais évidemment, le critère essentiel de choix est l'adéquation des finalités du jeu sérieux aux programmes concernés.
D'autre part, certains jeux sont longs et imposent de s'interroger sur la pertinence de leur utilisation en classe, même s'ils sont efficaces : n'existe-t-il pas d'autre support aussi efficace ? Le jeu sérieux fait partie de la « boîte à outils » de l'enseignant mais n'exclut pas les autres outils pédagogiques.

Date de mise à jour : 18/10/2013


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère