Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Lutter contre le harcèlement scolaire

Les délégués ambassadeurs contre le harcèlement récompensés pour leur engagement

Le 5 novembre 2015, les collégiens de Montville ont reçu leur attestation de "délégué ambassadeur" contre le harcèlement des mains de la rectrice d’académie et de l’inspectrice d’académie, directrice des services départementaux de l'Éducation nationale de la Seine-Maritime.

Lutte contre le harcèlement scolaire

Lutte contre le harcèlement scolaire


La genèse

Dans l’académie de Bordeaux, la formation d’"Ambassadeurs harcèlement" initiée par le Conseil Académique de la Vie Lycéenne (CAVL) de l’académie a fait ses preuves. Ce projet académique a pris depuis la rentrée une ampleur nationale et le ministère incite les lycées à former des ambassadeurs volontaires.

Dans l'académie de Rouen, la cellule « climat scolaire » a réfléchi dès septembre à la mise en place d’une formation de délégués ambassadeurs. Le projet, un peu différent de celui initié par le ministère, est élargi aux collèges. S’appuyant sur un protocole élaboré par l’équipe mobile de sécurité de l’académie (GAPASE), ce projet global préconise un certain nombre d’actions associant élèves, personnels et parents d’un établissement. L’approche est systémique et permet ainsi d’agir sur les différents facteurs d’amélioration du climat scolaire.

Six collèges et quatre lycées se sont portés volontaires pour expérimenter ce dispositif. La formation des ambassadeurs s’adresse à un public élu, délégués de classe, conseil de la vie collégienne (CVC) ou conseil de la vie lycéenne (CVL).





 

La première formation

La formation permet de mieux appréhender le phénomène et d’orienter les élèves dans le rôle de veille et d’alerte qu’ils doivent avoir. Très curieux, ils ont beaucoup réagi face aux situations proposées. Beaucoup reconnaissent prendre conscience que certaines situations vécues dans la cour ou en classe peuvent au final être dramatiques pour un autre élève. Très rapidement, ils identifient clairement les situations de harcèlement.

Si aucun n’a été harceleur à l’école ou au collège, en revanche tous pensent avoir été témoins. Les anecdotes fusent. Ce constat les fait beaucoup réagir, ils cherchent ensemble les solutions et se promettent de ne plus rester passifs devant une scène pouvant être qualifiée de harcèlement.

S’ensuivent des questions sur la dénonciation de situations, ils se montrent d’abord inquiets face aux représailles qu’ils pourraient subir. Puis ils s’interrogent sur les moyens pour convaincre une victime de parler à un adulte. Très à l’écoute, nous nous montrons rassurants et définissons avec eux leur strict champ d’actions.

Récompensés pour leur engagement

Cette première promotion a été récompensée le 5 novembre, journée nationale de mobilisation pour dire « non au harcèlement », par la rectrice d’académie. Ils se sont vu remettre très officiellement leur attestation de "délégué ambassadeur contre le Harcèlement". Dans un message vidéo diffusé lors de cet évènement, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, a félicité ces élèves et a souligné l’exemplarité du travail mené au sein de leur collège.
Cette reconnaissance a renforcé leur envie de s’investir dans cette lutte.
Très à l’aise, ils ont pu échanger librement avec un parterre de personnalités et promettre que leur engagement sera bien réel.







Caroline David, conseillère principale d'éducation
Mehdi Chati, membre de l’équipe mobile de sécurité
Tony Derebergue, référent académique harcèlement

Date de mise à jour : 16/12/2015


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère