Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Partenariats : donner de l’envergure à votre action

Le partenariat à l’école, c’est un peu comme l’effet chef d’établissement ; tout le monde en parle, mais, pour un enseignant devant ses élèves, qu’est-ce que cela change ? En fait, le partenariat à l'école permet, de manière indirecte mais certaine, d’amplifier l’action pédagogique et d’enrichir les apprentissages des élèves.

Edito

Edito

Quand les projets deviennent plus ambitieux dans leurs actions (en équipement, sorties, en orientation, en nombre d’élèves concernés, etc..), les équipes expérimentent toutes sortes de voies pour “donner de l’envergure” à leur action, en élargissant ses bases en qualité des intervenants, en mobilisation de moyens, en mise en réseau de compétences.
Le partenariat n’est donc pas une fin, mais un ensemble de moyens ou des manières variées d’augmenter le potentiel de changement de sa propre action par et pour ses élèves. Oui, mais comment ?

“Comment” serait donc la bonne question, celle qui s’applique en tout cas dans les dynamiques d’innovation, en portant l’analyse sur le processus à l’œuvre et les routines professionnelles qui font la différence entre les équipes.

Actuellement plus de la moitié des 3000 équipes suivies au niveau national dans le réseau de l’innovation sont impliquées dans ce type de démarche. Elle semble consubstantielle de l’innovation elle-même, ainsi que le relève le CNIRE (1) dans la définition récente: "Une pratique innovante est une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages". En cela, elle promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire.

Prenant appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves, une pratique innovante repose également sur une méthodologie de conduite du changement. Le partenariat permet à l’équipe d’enrichir son action grâce aux ressources de son environnement. Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets.”

Il ne s’agit pas ou plus seulement de sous-traitance ou de prestation externe, mais d’un changement progressif des modes de travail scolaire, en repensant le concept et les pratiques attenantes de mise en réseau des compétences : quand les enseignants sont habilités à prendre des risques, que la collaboration est valorisée, quand l’information est utilisée et partagée, quand le partenariat est encouragé, alors, les conditions d’apprentissage professionnel s’améliorent.

“Déprivatiser “ sa classe, co-élaborer avec d’autres (établissement, écoles, associations, entreprises), découvrir avec ses élèves ce qu’on ne pourrait pas faire tout seul, ce sont bien des conditions favorables et des occasions rares d’un développement professionnel par l’expérience. Et pour vous ?

François Muller
Ministère de l'Education nationale, DGESCO (Direction de l'Enseignement scolaire)
DRDIE (Département Recherche et Développement en Innovation et en Expérimentation)



(1) - Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative (CNIRE)

Date de mise à jour : 12/03/2014


Contact


François Muller
Ministère de l'Education nationale, DGESCO (Direction de l'Enseignement scolaire)

DRDIE (Département Recherche et Développement en Innovation et en Expérimentation)

107, rue de Grenelle, 75007 PARIS
Tél.: 01 55 55 22 17
francois.muller@education.gouv.fr
ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère