Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Pour stimuler l’ambition de nos élèves, osons l’innovation !

La question de l’innovation, et donc de l’évolution du système scolaire en France est aussi vieille que l’école publique elle-même. Le sentiment assez général, simple lieu commun, est que l’École française est figée, confite dans ses conservatismes et ses lourdeurs malgré ses échecs et son incapacité à répondre aux défis qui lui sont lancés.

Edito

Edito

La réalité est évidement plus complexe. Vu de Mars, au rythme de la tectonique des plaques, la Terre doit effectivement paraitre très peu active. Si l’on se rapproche et que l’on s’intéresse à ce qui se passe à sa surface, il va être difficile de nier que les changements sont permanents.

Face aux nouveaux enjeux éducatifs (lutte contre le décrochage ou les inégalités au sens large, amélioration du climat scolaire…) ou à des défis plus anciens (démocratisation, recours aux nouvelles technologies, réponse à des besoins évolutifs en termes de formation et de qualification…), l’École agit et se transforme. Dans les classes et les établissements s’inventent des pratiques et des propositions nouvelles. Issues des équipes, elles s’ancrent sur le terrain, partent de constats partagés et s’appuient sur la volonté des acteurs d’améliorer, là où ils sont, l’offre publique d’éducation.

Si l’on admet que les innovations doivent venir des acteurs eux-mêmes, la question de leur généralisation ne se pose plus puisque c’est localement qu’émergeront des propositions nouvelles et adaptées. En revanche, se pose celle des moyens donnés à chacun, et plus particulièrement aux équipes, d’inventer localement, dans le cadre général qui est le nôtre. Innover, c’est s’autoriser à…. L’innovation ne peut donc pas être déclenchée par injonctions. Elle peut en revanche être favorisée par la liberté laissée aux équipes, liberté de se constituer et de définir leur objet de travail. Le cadre législatif existe (article L 401-1 du code de l’éducation, ex article 34), reste à développer un cadre culturel propice, ce qui n’est pas le moindre des défis.

Dans les années cinquante, les québécois, que l’on cite maintenant souvent en exemple, venaient en France pour observer un système innovant. La capacité à se transformer est donc, semble-t-il, inscrite dans le code génétique de l’École publique en France. Les innovations décrites dans ce numéro d’Acad ‘Innov en sont une belle illustration.

Philippe Goémé, professeur de SES, formateur à l’ESPE de Créteil, chargé de mission auprès de l’OUIEP (Observatoire Universitaire International de l’Éducation et de la Prévention), ancien coordinateur du Pôle Innovant Lycéen de Paris.

Date de mise à jour : 11/06/2014


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère