Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Outils > Publications > Rectorat > Acad'Innov

Vivre ensemble, faire ensemble, décider ensemble !

Des écoliers parlementaires

Depuis trois ans, la classe de CM1-CM2 de Condé-sur-Iton participe à l’action « Parlement des enfants ». Même si les élèves ne sont pas réellement à l’initiative du projet, ils ont réussi à s’en emparer en votant, en argumentant et en envoyant leur candidature pour finalement rédiger un article de loi.

Une classe démocratique

Une classe démocratique

Les grandes questions du monde actuel favorisent échanges et implication.

Les élèves, malgré leur jeune âge, sont en capacité de comprendre le monde qui les entoure, d’en saisir les difficultés, de proposer des idées, pour essayer de remédier aux problèmes. Le projet d’écrire une proposition de loi sur le harcèlement à l’école s'ancre dans leur perception de la réalité scolaire et donne du sens à leurs apprentissages. Les élèves, pour essayer d'améliorer une situation, doivent proposer des solutions tout en tenant compte des contraintes imposées par la société dans laquelle ils vivent.

Des ressources mobilisables

Pour construire ce projet les élèves utilisent des documents mis à leur disposition par l'Assemblée Nationale et l'Unicef. Ils s’appuient également sur des affiches présentant l'histoire, l'organisation et les différentes fonctions de l'Assemblée Nationale.

L’esprit critique s’installe par la confiance, le dialogue, l’écoute

L'enseignante, dans sa pratique au quotidien, ne prend aucune décision seule concernant la vie de la classe. Elle organise des conseils d’élèves pour faire le point sur « ce qui va, ce qui ne va pas, ce qu'il faut garder, ce qu'il faut changer… ». Chaque enfant peut prendre la parole quand il le souhaite mais l'écoute des autres est primordiale. Il peut également critiquer l’action de la maîtresse.

Des effets visibles au quotidien

Les conseils d’élèves ont pu permettre de nouveaux agencements et décoration de la classe. Une partie de l’emploi du temps a été réorganisée afin de répondre davantage aux besoins de chacun.
Ces projets bénéficient aux apprentissages scolaires en mettant les enfants en action : l’envie de bien faire leur donne une motivation supplémentaire et l’écriture de la proposition de loi sur le harcèlement a permis à chaque enfant de s’exprimer.

Le parlement des enfants permet de rassurer, d’encourager les élèves qui prennent confiance en eux. Ils grandissent, ils murissent. Les plus timides osent prendre des initiatives.
Au-delà, l'ambiance de la classe s'en ressent de façon positive : les conflits ont pratiquement disparu, les enfants s'entraident. Ils s’impliquent activement dans la vie quotidienne du groupe.

« Pour moi, c'est un bonheur quotidien. » dit l'enseignante pour conclure.

Madame De Dobleleer, directrice de l’école de Condé-sur-Iton.


La proposition d'articles de loi élaborée avec les élèves :

ARTICLE 1 : Rendre obligatoire une journée d’information sur le harcèlement à l’école dans la semaine qui suit la rentrée scolaire, informant les enfants victimes de leurs droits et les enfants témoins de leurs devoirs.
ARTICLE 2 : Dans chaque établissement scolaire, nommer une personne référente « harcèlement » qui devra être présentée lors de la journée d’information. Disponible pour les enfants qui le souhaitent, elle sera à leur écoute en cas de difficultés.
ARTICLE 3 : Afficher de façon visible les numéros d’urgence en cas de harcèlement dans tous les établissements scolaires.
ARTICLE 4 : Joindre à chaque dossier d’inscription dans un établissement scolaire une plaquette d’informations sur le harcèlement à destination des parents.



Quatre propositions de loi issues du Parlement des enfants sont devenues des lois de la République : la loi n° 96‑1238 du 30 décembre 1996, relative au maintien des liens entre frères et sœurs ; la loi n° 98-381 du 14 mai 1998 permettant à l’enfant orphelin de participer au conseil de famille ; la loi n° 99‑478 du 9 juin 1999 visant à inciter au respect des droits de l’enfant dans le monde, notamment lors de l’achat des fournitures scolaires ; et enfin la loi n° 2000‑197 du 6 mars 2000 visant à renforcer le rôle de l’école dans la prévention et la détection des faits de mauvais traitements à enfants.
Source : www.parlementdesenfants.fr

Date de mise à jour : 23/09/2015


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère