Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > Espaces pédagogiques > Ouverture internationale

'Culture box' roumaine au collège Claude Bernard du Havre

Connecting Classrooms: les élèves du collège Claude Bernard du Havre découvrent la 'culture box' envoyée par leurs partenaires roumains de l'école Aurel Vlaicu.

le 4 avril 2011


Objets mystères dans la culture box

Objets mystères dans la culture box

Lundi 28 mars, pendant un des ateliers du programme Connecting Classrooms, les élèves du collège Claude Bernard du Havre ont découvert le contenu de la 'culture box' envoyée par leurs camarades roumains de l'établissement Aurel Vlaicu. Émerveillement et surprise devant les objets déballés: un chapeau de paille avec un ruban tricolore, une sacoche en tissu, divers drapeaux, des poteries traditionnelles, des messages d'amitié et quelques objets insolites dont la signification n'était pas immédiatement apparente.

""
Ouverture de la 'culture box'

Leur curiosité ainsi piquée, les élèves ont spontanément émis des hypothèses quant à la signification des objets que leurs partenaires roumains avaient choisis pour représenter leur culture. Ils ont lu les messages en anglais que leur adressaient leurs correspondants sur des cartes illustrées avant de s'interroger sur une lettre ingénieusement pliée en forme d'avion. Pourquoi cette forme? Quel rapport avec le contenu de la lettre? Des hypothèses ont été émises, et les élèves ont alors entrepris de les vérifier.

La lettre est alors passée de mains en mains, les élèves en ont fait une lecture à haute voix pour les camarades qui ne l'avaient pas en mains, et grâce à une démarche de construction collective du sens, les élèves ont appris que Aurel Vlaicu était un célèbre aviateur et ingénieur, un pionnier de l'aviation moderne.
Quelques mots écrits en roumain sur les cartes ont également permis aux élèves de faire une expérience du plurilinguisme et leur a fait prendre conscience du multilinguisme européen.

Mais la signification des autres objets n'était toujours pas élucidée.

Les élèves, sous la responsabilité d'Alexandre Froufe, professeur d'anglais et de Maïté Galasso, professeur documentaliste, se sont connectés à l'espace MySpace de la plateforme eTwinning, pour lire les documents que les élèves roumains y avaient déposés en lien avec les objets contenus dans la 'culture box', confirmer les hypothèses émises au cours de la phase initiale, et mieux connaître la culture roumaine. C'est ainsi qu'entre autres choses, ils ont découvert la signification du drapeau roumain, qui était Constantin Brancusi, et qu'ils se sont familiarisés avec certaines coutumes et traditions roumaines, comme la fête du Dragobete.

""
Les échange électroniques par eTwinning confirment les hypothèses

Un mystère restait cependant entier: que pouvait bien être le petit portail de bois entrouvert envoyé par les partenaires roumains?

Dans la troisième phase de l'atelier, les élèves ont réfléchi ensemble à ce qu'ils pouvaient ajouter aux informations qu'ils avaient déjà envoyées dans leur propre 'culture box', et les suggestions ont fusé spontanément:
  • expliquer qui était Claude Bernard,
  • parler du patrimoine architectural havrais en lien avec l'histoire de la ville,
  • expliciter le blason du Havre et la signification des couleurs du drapeau français.
Les élèves se sont ensuite réparti les rôles pour mener à bien ces projets, ont formé des groupes en fonction de l'ampleur de la tâche, et ont proposé de mettre en valeur les objets de la 'culture box' roumaine au CDI pour qu'ils soient vus par le plus grand nombre, et que leur travail rayonne au sein de la communauté éducative du collège.

Grâce à ce jumelage électronique, les élèves sont entrés dans une démarche de projet dont ils disent eux-mêmes, avec leurs propres mots, qu'elle donne du sens à leurs apprentissages.

Ils construisent indéniablement leur compétence linguistique, grâce à des situations de communication authentiques qui suscitent le besoin langagier. Mais Connecting Classrooms va bien au-delà des seules compétences linguistiques. Au cours de l'atelier, les élèves ont montré leur maturité, leur capacité à se concentrer en dépit de l'heure tardive, et à montrer qu'ils étaient force de proposition. C'est l'ensemble des compétences civiques et sociales, au premier rang desquelles l'autonomie et la responsabilité, qui est favorisé ainsi par ce partenariat électronique.

L'interculturalité n'est pas la moindre des compétences construites, les élèves découvrant l'autre, et prenant de la distance par rapport à leur propre expérience, leurs propres habitudes. Il a été particulièrement intéressant de constater que les élèves, à la suite des objets reçus et des documents lus sur la plateforme collaborative, se sont montrés curieux de la culture de leurs partenaires, mais ont cherché également à approfondir leurs connaissances sur l'histoire et la culture françaises, toujours dans une démarche collaborative, afin de les transmettre à leurs camarades roumains. Les élèves ont pu ainsi prendre conscience que les savoirs étaient vivants.

Ils ont réactivé spontanément et se sont approprié un certain nombre de notions et connaissances vues pendant les cours à travers la volonté de les partager avec leurs partenaires roumains.

Alain Rossignol
Délégué académique aux relations européennes et internationales et à la coopération

Date de mise à jour : 18/11/2011


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère