Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


Accueil > L'académie > Politiques éducatives > Développement durable

Un refuge de biodiversité

Lycée Galilée - Franqueville Saint Pierre

Remplacer une partie des pelouses par des écosystèmes favorisant un développement de la biodiversité (pelouses fleuries, friches fleuries, mare, haies…) tout en préservant l’esthétique, ou même l'améliorer.

Un papillon

Un papillon "petite tortue" butinant la lavande

Les espaces verts du lycée Galilée représentent une surface d’environ 1.5 ha, occupée essentiellement par de la pelouse.  Il y a environ 20 ans, divers arbres ornementaux y ont été implantés, ainsi que des pommiers et poiriers de haute tige constituant un verger.

L’ensemble est ceinturé de haies, dont l’une est composée de divers essences (charme, troène, aubépine…). Comme l’ont montré les mesures de l’indice de richesse biologique des pelouses, ce milieu est pauvre d’un point de vue de la biodiversité et a peu d’intérêts écologiques.

Ces pelouses sont coûteuses à entretenir (main d’œuvre, carburant, machines), et cet entretien est source de pollutions sonores et atmosphériques.


Les élèves de 2nde mesurent l'indice de richesse biologique

L’idée a été de remplacer une partie de ces pelouses par des écosystèmes, favorisant un développement de la biodiversité (pelouses fleuries, friches fleuries, mare, haies…), tout en préservant l’esthétique, voire en l’améliorant.

En juin 2012, les professeurs organisateurs - Mme Boittin (physique-chimie), M. Marie (mathématiques) et M.Gilles (sciences de la vie et de la terre) - présentaient à M. Giraud, proviseur du lycée, un projet de création d’un refuge de biodiversité dans les espaces verts du lycée, dans le cadre de l’enseignement de MPS (méthodes et pratiques scientifiques). Fort de son soutien, les objectifs de ce projet étaient définis.

En septembre 2012, 35 élèves de seconde ayant choisi l’enseignement de MPS apprenaient qu’ils allaient devoir réaliser un projet de réserve de biodiversité. Force est de reconnaitre que la présentation du projet et la découverte des espaces verts du lycée lors de la première séance ne souleva pas un enthousiasme débordant !


Les élèves lors du semis de la prairie fleurie

Néanmoins, au fur et à mesure de l’avancée de leur travail, la plupart des élèves manifestèrent un intérêt grandissant, notamment dans la classe où beaucoup d’entre eux avaient à faire face à d’importantes difficultés scolaires.

Ces élèves se sont sentis très à l’aise dans ce type d’enseignement et ont particulièrement apprécié le fait de se sentir investis d’une sorte de «mission». Ce sera pour l’équipe enseignante l’une des principales satisfactions.

La zone du refuge avant les aménagementsLa zone du refuge après les aménagements

La visite d’une réserve de biodiversité à Repainville, les rencontres avec des intervenants extérieurs : M. Lamy, responsable des espaces verts de la ville de Rouen, M. Margerie, enseignant chercheur à l’université des sciences de Mt St Aignan, l’étude de l’exposition de l’ARHEN sur «la biodiversité à notre porte» permirent peu à peu de donner du sens à ce projet et de fournir des idées de création.

L’intégration des 3 disciplines scientifiques fut bien sûr un élément moteur de la réussite de ce projet. Ce fut l’occasion de montrer les apports et la convergence des mathématiques, des sciences physiques de la chimie et des sciences de la vie de la terre dans le domaine de l’écologie.

Ce travail est un projet à long terme, tout n’a pas été réalisé la même année.

Au cours de l’année scolaire 2013-2014, d’autres élèves de 2de ont participé à la réalisation concrète du refuge.

Ils ont notamment réalisé la plantation de divers arbres (sureau, cornouiller, néflier, aubépine, églantier, sorbier) susceptibles de favoriser la présence d’insectes ou d’oiseaux.

Avec le soutien logistique de M. Thibaut, responsable de la société qui entretient les espaces verts du lycée (ESAT des ateliers du Cailly, 76380 Bapeaume les Rouen) une prairie fleurie a été semée et 60 lavandes ont été plantées par les élèves.

En mars 2014, une convention a été signée avec le groupe ornithologique normand, ainsi le lycée intégrait le réseau des refuges du Gonm.

En septembre 2014, un hôtel à insectes et 7 nichoirs fabriqués par les élèves du lycée du bois d’Envermeu ont été installés.

Depuis la rentrée 2014, des élèves de 2de ont en charge le suivi scientifique de la réserve. Ils réalisent régulièrement des observations ornithologiques et entomologiques et acquièrent ainsi les connaissances de base pour identifier la faune et la flore.


Les nichoirs réalisés par les élèves du lycée du bois à Envermeu

D’un point de vue ornithologique une première liste de 13 oiseaux d’espèces différentes a pu être établie. L’évènement le plus remarquable a été l’observation de nombreux chardonnerets attirés par les graines de cosmos. On notera aussi la présence d’une colonie de moineaux domestiques qui ont élu domicile sous le toit de l’abri à vélo.

Le bilan de ce projet est positif. Le lycée dispose maintenant d’une zone d’étude de la faune et de la flore permettant de faire un vrai travail scientifique (réalisation d’un herbier des espèces présentes, suivi de populations en collaboration avec des organismes scientifiques…).


Le verger haute tige et la plantation de lavande

Les divers membres de la communauté éducative ont apprécié l’amélioration du cadre de vie par l’embellissement généré par les fleurs. Certains ont manifesté leur intérêt en demandant à participer (comptage d’oiseaux, récolte de graines de plantes sauvages, proposition de nouveaux projets).

Ainsi d’autres réalisations viendront enrichir la réserve : extension des zones de prairie fleurie, création d’un jardin de plantes aromatiques, installation d’une ruche, création d’une mare. D’un point de vue de la biodiversité, l’apparition des chardonnerets montre que les modifications apportées vont dans le sens d’un enrichissement.

Alain GILLES
professeur agrégé de sciences de la vie et de la terre
lycée Galilée

Date de mise à jour : 19/12/2014


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère